Mon premier Amour

Par : Sylvie Vallée

Mon premier amour ! Quel merveilleux souvenir. Cet amour a changé ma vie.

Qui ne se remémore pas son premier amour. C’est une période inoubliable.

J’avais 11 ans. Il était parfait avec de grands yeux si intelligents.  Parfois toutefois, il pouvait être indifférent.  Il était complètement noir.  Il avait une grande chevelure noire. Vous l’avez certainement deviné, c’était un poney. J’ai craqué pour lui dès que je l’ai vu.

Nous étions à Vancouver., au Canada Mon père était militaire. Il s’était absenté pour plusieurs mois à quelques reprises pour des formations. Mais cette fois-ci, ma mère avait proposé que toute la famille l’accompagne pendant ses trois mois de formation. Ce fut accepté. Nous habitions juste à côté d’une ferme où se trouvait le petit poney.  Le fermier nous donna la permission à ma sœur, mon frère et moi d’aller passer du temps avec le poney qui n’aimait pas beaucoup les gens.

J’ai développé une merveilleuse complicité avec cet animal. Chaque jour, j’allais le brosser, le nourrir et partager de merveilleux moment à ses côtés. Nous nous comprenions  si bien. Je l’aimais et je me sentais aimée et acceptée.  Ces moments en pleine nature avec mon ami étaient vraiment précieux pour moi.  Avant de m’endormir, je pensais à lui et j’étais impatiente de le revoir le jour suivant. J’ai expérimenté avec mon compagnon, mes premières courtes balades, lorsqu’il voulait bien avancé…

Mais après notre séjour de 3 mois à Vancouver, nous avons tout préparé pour notre retour au Québec et notre longue traversée du Canada en auto.

Alors, toute la famille, mes parents à l’avant et les trois enfants à l’arrière avons embarqué dans notre petite auto, avec 5 bicyclettes attachées sur le toit et une remorque chargée à pleine capacité, à l’arrière.  J’aurais tellement aimé ramener mon ami poney avec nous.

Mes larmes coulaient chaudement sur mes joues. Mes parents essayaient de me consoler, mais ma vie venait de s’écrouler. Je ne pourrais plus jamais voir celui qui me comprenait et qui avait pris une énorme place dans ma vie.

Pendant que nous traversions les rocheuses, j’ai alors déclaré avec une grande conviction :   Un jour vous verrez, je vais avoir des chevaux et personnes ne m’en empêchera. Ma mère se rappelle encore comment j’étais déterminée lorsque j’ai fait cette affirmation. Ce n’était pas dans mes habitudes de parler avec tant de certitude.

Sans le savoir, je venais de semer une graine de rêve.

Tout ce qui me restait de mon merveilleux compagnon, était des souvenirs. Je me suis mise à dessiner des chevaux.  Je dessinais beaucoup. Je voyais  les chevaux dans ma tête. Je me passionnais pour tout ce qui touchait les chevaux.

Toutefois, peu à peu, mon rêve s’est embrouillé.  Avec mes études, mon travail, ensuite ma famille, j’ai finalement laissé mon rêve s’évanouir dans mes pensées conscientes.  Je n’y pensais même plus. C’était maintenant quelque chose d’inaccessible pour moi.

Mais cette graine de rêve avait fait des racines. Inconsciemment j’attirais mon rêve à moi. Un beau jour, mon époux et moi avons été approchés pour faire l’acquisition d’un centre équestre…

Nous avons pris action et quelque temps plus tard, nous étions les propriétaires de merveilleux chevaux. Ma mère m’a alors rappeler comment j’avais décidé, en étant toute jeune, que j’aurais des chevaux.

Mon premier amour était imprégné en moi. Les chevaux et la nature font partis de ma vie et de celle de ma famille maintenant.  Cette passion, ce rêve m’a sauvé. À une certaine période de ma vie, je suis tombée dans le noir, lors d’un épuisement total. Mes amis les chevaux m’ont permis de retrouver mon équilibre. Je suis très reconnaissante de savourer chaque jour les bienfaits de la nature et des chevaux  dans notre vie.

J’ai compris que nos rêves sont précieux. Ils nous permettent de garder notre équilibre.  Ils donne une direction à notre vie. Chaque graine de rêve grandit ses racines. Et un jour, ce rêve apparaît dans votre réalité, mais parfois comme une petite tige qui deviendra un arbre. Il suffit simplement de le nourrir, de s’en occuper avec passion.  C’est ce que j’avais fait inconsciemment pendant des années, avec mon rêve d’avoir des chevaux.

Ma petite graine de rêve s’est transformée en un immense arbre fort et bien en équilibre.

Cet arbre c’est ma passion. Et cette passion donne maintenant des fruits merveilleux car ma famille vie aujourd’hui animée de cette même passion.

J’ai découvert avec les années que les chevaux sont une véritable « école de la vie ». Personne ne peut tricher avec les chevaux. Ils ressentent toutes nos émotions. Ce sont de merveilleux et bons professeurs pour qui veut bien les écouter. Les chevaux nous partagent des avantages inestimables.

Merci à toi mon premier amour, tu as transformé ma vie pour le meilleur !